L’année 1962 va incontestablement marquer l’an 1 du renouveau de l’athlétisme Polynésien. A cette époque les épreuves d’athlétisme se déroulaient pourtant plus ou moins régulièrement, depuis le début du siècle. Des Performances déjà remarquables pour l’époque seront même réalisées à la fin des années 30 par Francis Sanford (11″ au 100m) et Maurice Lequerre (6m40 en longueur).

A l’instar de John Salmon, les anciens athlètes sont unanimes à mettre en exergue l’influence des époux Catros. John Salmon nous livre cette réflexion dans l’excellent ouvrage d’Alain Mottet « Central Story »:  » Et puis les Catros sont arrivés, ils sont arrivés à une bonne époque, et ils étaient là tout le temps. Avant eux il n’y avait rien ».
A l’aube de ces années 60, les installations sont dérisoirement vétustes: on s’entraine sur la piste en herbe du stade de Tipaerui. Des sautoirs seront même improvisés au stade de Fataua. C’est pourtant à cette époque que va éclore une poignée de champions dont on se souvient encore de nos jours ( Bourne, Salmon , Tetaria).

Qu’il soient dirigeants, entraîneurs, officiels et même bien souvent, tout cela à la fois, les « Pionniers » du renouveau se nomment: Gilbert Artigouha, Gaston Gooding, Pierre Sahoures, frère Dominique, Jacques Bonno, l’enseignant perchiste Bernard Balastre et son épouse Annick, et bien d’autres encore. Tous mettront leur compétence et leur passion au service de notre sport de prédilection: l’athlétisme.

En 1962, les premiers Jeux du Pacifique sont proches. Ils vont se dérouler à Suva en septembre 1963. Ces jeux vont mobiliser une jeunesse Polynésienne avide d’exploits et de reconnaissance face à l’élite athlétique de Pacifique Sud.

Charles Tetaria et Hélène Sarciaux vont être les premiers à se distinguer: Ils seront médaillés d’or à ces jeux de Suva dans les disciplines techniques (déjà) du 110m haies et du 80m haies.
Charles Tetaria formidable athlète pluridisciplinaire, va récidiver en 1966 à Nouméa, mais au saut en longueur, avec une performance de tout premier plan 7m31. Il sera d’ailleurs l’un des 13 athlètes Polynésiens de l’histoire sélectionné en équipe de France.

Jean Bourne, international en sprint, Bernard Ballastre à la perche, John Salmon en hauteur et sur les haies, vont également marquer les années « sixties » par la qualité de leurs performances. Ils monteront sur la plus haute marche des podiums aux jeux de Nouméa en 1966 et de Port Moresby en 1969.
Parmi les autres athlètes de cette période, Alexandre Léontieff (en argent à Nouméa) montrera la voie à ses deux frères Pierre et Igor en se distinguant au saut en hauteur.

PHOTOS.

Extrait du livre de Bernard Boyer « 40ans d’athlétisme en Polynésie »

VOIR ARTICLE 40 ans d’athlétisme en Polynésie Française.